Trois fantômes chez Goethe

À l’occasion du Festival des cinémas différents et expérimentaux de Paris qu’organise chaque année le Collectif jeune cinéma, il nous a été donné d’assister à une projection du court film d’Olivier Cheval, Die Urpflanze. Ce film, qui fonctionne en diptyque avec Le Songe de Lady Hamilton, est une adaptation de l’entrée datée du 17 avril 1787 du Journal italien de Goethe. Arrivé à Palerme, le poète erre dans le jardin botanique de la ville, occupé à « méditer encore le plan de Nausicaa », lorsqu’un « fantôme » d’un genre nouveau vient soudain troubler sa rêverie. Ce spectre est étrangement matériel et ne trouve pas, contrairement à ses prédécesseurs, refuge dans l’esprit du promeneur : il semble comme enchevêtré aux visions-mêmes des plantes qui assaillent Goethe.

Die Urpflanze, Olivier Cheval, 2020

Dans le Journal italien1 , le mot fantôme (Gespenst) apparaît six fois pour qualifier trois types de manifestations différentes.

Les fantômes intérieurs du poète, « qui, si souvent, se sont joués de [lui] », sont les premiers à se manifester. Il s’agit de ceux que l’idiôme français nommerait volontiers « ses démons », inséparables d’une forme de mélancolie introspective alla romantique, celle-là même dont l’auteur s’étonne qu’elle prenne la forme d’un souvenir heureux chez son père : « Et comme on dit que celui à qui un fantôme est apparu ne peut plus jamais être gai, on aurait dit de [mon père] au contraire qu’il ne pouvait jamais être tout à fait malheureux, parce que sa pensée le ramenait toujours à Naples. »

Sur la route de Palerme, Goethe croise un deuxième type de fantôme, suscité par une nappe de passé trop brutalement remontée à la surface : « mon guide maladroit me troubla par sa science, en me racontant avec détail comme quoi Annibal avait livré jadis en ce lieu une bataille, et quels prodigieux exploits s’y étaient accomplis. Je lui reprochai durement cette fatale évocation de fantômes trépassés », jugeant que « l’on ne devrait pas troubler l’imagination et l’arracher à ses rêves paisibles en rappelant de pareilles horreurs. » Plus loin, un Gespenst similaire prend les traits d’un Anglais — ou plutôt de son souvenir — dont les avertissements reçus sur la route (« gardez-vous à Gatane de l’auberge du Lion-d’Or. Il vaudrait mieux pour vous tomber dans les griffes des Cyclopes, des Sirènes et de Scylla ») lui reviennent en mémoire sous la forme d’une métaphore spectrale : « néanmoins le fantôme de l’Anglais et ses avertissements ont triomphé ».

Ce n’est qu’au jardin public de Palerme que le poète rencontre un fantôme qui ne se contente pas de faire retour – ainsi l’écrit-il lui-même, « j’ai été saisi à l’improviste par un autre fantôme, qui s’attachait à moi depuis quelques jours. » En effet, si les deux premiers se manifestent sous les traits de revenants – le père, Annibal, l’Anglais ou les pensées mélancoliques qui ne cessent de le hanter –, seul ce fantôme-ci apparaît concomitamment à une interrogation sur la notion de survivance.

Goethe se trouve tourmenté par la question de la morphogénèse des plantes qui devraient – selon lui et ses méditations schillériennes – toutes dériver d’une plante originelle (die Urpflanze), expliquant qu’il fût capable, malgré « tant de figures nouvelles et renouvelées » (so vielerlei neuen und erneuten Gebildes), de reconnaître une plante lorsqu’il en croise une. Pour le dire autrement, toutes devraient porter en elles une survivance, au sens phylogénétique de survival, de la formule première. Or c’est précisément la survivance qui échappe au poète perdu dans ses considérations botaniques, aussi bien la chose – le lien généalogique qui unit les formes entre elles –, que le mot pour désigner précisément ce qu’il recherche. Elle ne cesse de se dérober derrière des tournures indéfinies soulignant l’indétermination de son objet : « Eine solche muß es denn doch geben! », une telle chose doit bien exister, puis « die Grille », la chimère, la pensée délirante en allemand. Pourtant, le fantôme est déjà là, lui, et ne se superpose pas à cet obscur objet de la recherche. Il est bien apparu en amont de la réflexion morphogénétique, sous la forme d’une exclamation qui inaugure l’entrée du 17 avril 1787 :

C’est un vrai malheur d’être pourchassé et tenté par des esprits de toute sorte ! J’allais ce matin au jardin public avec la résolution ferme et tranquille de poursuivre mes rêves poétiques, mais j’ai été saisi à l’improviste par un autre fantôme, qui s’attachait à moi depuis quelques jours.

Est qualifiée de fantôme la manifestation phénoménologique du problème de la survivance – qui n’a pas encore de nom à ce stade de la réflexion sur la vie des formes en Europe – : la brusque conscience de la prolifération fractale des figures végétales venue troubler le poète dans sa rêverie romantique en rompant la continuité picturale de ce « jardin d’Alcinoùs ».

« Asarum, racine du Levant », J. Charton. Collection d’iconographie botanique du Muséum national d’histoire naturelle

Bref, il semble intéressant de voir dans ce texte — outre une réflexion proto-warburgienne sur la vie des formes — une ouverture vers un fantôme débarrassé de la charge romantico-psychanalytique que lui ont associé, en gros, la pensée derridienne et les études iconologiques des années 2000. Une telle redéfinition offrirait la possibilité non seulement de revenir à une pensée plus phénoménologique du fantôme, mais aussi de pousser cette réflexion jusqu’à une lecture médiatique et matérialiste de l’apparition. En l’occurence, nous irions par exemple jusqu’à mettre au centre de l’analyse le kaléidoscope des fractales végétales qui harcèlant la vue du poète qui finit par traduire l’effet de cette étrange dream machine dans la langue de la hantise et ainsi produire une troisième catégorie de fantôme, déliée de la simple rêverie introspective.

  1. Le Journal italien est consultable en intégralité sur Wikisource, dans la traduction de Jacques Porchat, Librairie de L. Hachette et Cie, 1862, le passage commenté plus précisément ici se trouve dans la partie sicilienne []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search