Des fantômes dans des machines

Pour le colloque IA Fictions organisé par Translitterae (ENS), CIS (CNRS), THALIM (Paris-3 Sorbonne Nouvelle) et MARGE (Lyon-3 Jean Moulin), Alexandre Gefen nous a demandé de fournir nos interventions au format vidéo. Comme depuis quelques mois, nous sommes amené·e·s à pas mal travailler autour de la question du vidéo essai (en particulier pour notre podcast avec Chloé Galibert-Laîné), j’ai eu envie de faire ma contribution sous cette forme.

« Making off »

Ma proposition portait sur une étude comparative de L’Année dernière à Marienbad d’Alain Resnais et de la première saison de Westworld de Jonathan Nolan et Lisa Joy, deux œuvres qui entretiennent des liens de parenté à plusieurs niveaux : thématiques, intertextuels et structurels.

En termes de temps : ça m’en a demandé beaucoup, plus que de lire un script face caméra et d’incruster la vidéo dans un diaporama.

Le banc de montage

Mais en termes de quantité d’informations véhiculées, je pense que les rapports qui se créent au montage, en juxtaposant les images directement et en les faisant dialoguer ainsi que les solutions visuelles que j’ai peu mettre en œuvre pour montrer des effets d’échos (en particulier concernant les motifs qui se répondent du film à la série et à l’intérieur de chaque histoire), sont particulièrement efficaces. Plus que de longues descriptions un peu abstraites qui rendent parfois l’explication plus opaque qu’elles ne l’enrichissent.

Si j’avais dû décrire les séquences une à une, je pense que ça aurait été long et fastidieux, là, les mouvements sont visuellement synchrones (surtout concernant la valse) et les couleurs sautent aux yeux.

Au-delà de la question du temps passé à le faire, je pense malgré tout que ce n’était pas la même qualité de temps passé à le faire. J’ai l’impression que l’activité matérielle, le travail sur le banc de montage ou même de fabrication de la trame narrative sur Excel et sur papier, même si Shotcut n’est pas le logiciel le plus responsif du monde, même si j’ai eu à réenregistrer certains passages plusieurs fois, était moins laborieuse que la torsion d’une pensée des images pour la transformer en texte académique. J’ai ressenti une espèce de libération (qui a peut-être à voir avec une connivence avec mon/ma destinataire que je fantasme) dans la pensée par le montage et dans le fait de montrer le fil de ma réflexion, de manière transparente, sur l’écran. L’écriture du scripte était comme soutenue par les images et là où se nouait une difficulté de description, je pouvais chercher une réponse visuelle.

D’ailleurs, pour nos journées doctorales sur le thème « Interprétation, surinterprétation, post-interprétation », nous avons reçu Chloé Galibert-Laîné et son film Forensickness (dont nous parlions ici). Du fait du contexte, les questions avaient fort à faire avec la méthode employée pour son film mais aussi la méthode du vidéo-essai et sa part libératrice comparativement à l’écriture académique.

Mon carnet avec des éléments de questions que je voulais lui poser


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search