Présentation

« Paléophone » est le nom d’une invention fantôme. Brevet pour une machine « d’enregistrement et de reproduction » des voix du passé déposé par le poète et dilettante Charles Cros en avril 1877, le paléophone est un « média imaginaire », une invention technique qui n’aura pas vu le jour, dépassée dès l’année suivante par le phonographe de Thomas Edison.

« Média bizarre », inactuel, il n’en est pas moins un des témoins d’un imaginaire technique qui essaiment dans la modernité et le contemporain. Considérant, avec Jussi Parikka, que « les technologies sont intégrées elles-mêmes à des constructions mentales ou qu’elles sont construites dans un ensemble plus large de désirs et de rêves, mais que, “en même temps, elles définissent les limites de nos pensées”. (Zoe Beloff) », l’archéologie des média imaginaires que nous suivrons cherche à déterminer les mutations esthétiques que font subir les média (cinéma, vidéo, algorithme, dispositif…) aux œuvres audiovisuelles, et réciproquement.

Conçu comme un journal de travail à quatre mains, ce carnet vise à réunir les notes de recherches de deux doctorant.es en Études cinématographiques/Littérature et Esthétique dans le domaine des études visuelles et de l’archéologie des média.

« Paléographe », ce carnet permettra de périodiser ces recherches en cours et de partager des articles ou des entretiens publiés en revue, des notes de lectures, de séminaire, des compte-rendus d’exposition et de festival ou encore des hypothèses de recherche.

– Barnabé Sauvage et Occitane Lacurie


“Paleophone” is the name of a phantom invention. Patented in April 1877 by the poet and dilettante Charles Cros, the paleophone is an “imaginary medium”, a technical invention that never saw the light of day, and was overtaken the following year by Thomas Edison’s phonograph.

Although it is an “odd media”, it is nonetheless one of the witnesses of a technical imagination that is spreading throughout modernity and the contemporary world. Considering, with Jussi Parikka, that “technologies are themselves integrated into mental constructions or are built into a larger set of desires and dreams, but at the same time, they define the limits of our thoughts”. (Zoe Beloff) “, the archaeology of imaginary media that we will follow seeks to determine the aesthetic mutations that media (cinema, video, algorithm, apparatus…) make to audiovisual works, and vice versa.

Conceived as a four-handed work diary, this notebook aims to bring together the research notes of two doctoral students in Film Studies/Literature and Aesthetics in the field of visual studies and media archaeology.

“Palaeograph” itself, this notebook will also enable the periodisation of this ongoing research and the sharing of articles or interviews published in journals, notes of readings, seminars, exhibition and festival reports or research hypotheses.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search